Aux Félins


 
PortailAccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Histoires de félins

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Lena_Panthera
Chat Marbré
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1572
Age : 24
Localisation : Châteaubriant ( 44 ) / Angers ( 49 )
Emploi/loisirs : Etudiante en lettres classiques / écrivain en devenir
Humeur : rêveuse . . .
Date d'inscription : 20/07/2010

MessageSujet: Re: Histoires de félins   Ven 18 Nov 2011 - 21:20

Depuis la semaine dernière les membres du groupe " Un Monde de Félins " sur Facebook ont la possibilité de suivre ma nouvelle histoire : Vaalbara
Je vais vous la mettre ici aussi Smile
L'histoire est surtout centrée sur Griffe d'Argent, une panthère. C'est le seul personnage que vous retrouverez dans ( quasiment ) chaque partie. Mais on en trouve d'autres qui occupent une place importante, comme Eclat de Lune ( panthère des neiges ), Nuage d'Orage ( lynx boréal ) ou encore Patte Agile ( margay ), mais . . . vous verrez la suite Razz
Je rajoute une partie chaque dimanche




Introduction



Il y a des mondes dont on ne soupçonne même pas l’existence. Ils nous échappent, si lointains qu’on a peine à simplement imaginer qu’ils puissent être là. Ce sont des univers isolés. Leurs habitants ont développé un mode de vie à part. Eux-mêmes nous sembleraient étranges si nous les rencontrions. Leur apparence pourrait nous être familière, mais cela s’arrêterait sans doute ici. Ces êtres ignorent que nous sommes là. L’idée d’un ailleurs, autre que leur terre natale, leur est inconnue.
Vaalbara est un de ces mondes. L’immense continent abrite ceux qui ressembleraient pour nous à des animaux. Mais n’est-on pas tous en fin de compte des animaux ? Ce ne sont que des catégories, et ces êtres l’ont bien compris. Ils traitent avec un égal respect toutes les formes de vie, et font de leur mieux afin de continuer à prospérer dans cet univers qui est le leur. Ils sont sous la protection de leurs divinités, qui veillent à l’équilibre. Akane et Ukon sont les gardiens du Peuple Loup, la Sage et ses deux sœurs, la Puissante et la Douce, les gardiennes du Peuple Félin. Tous les cinq sont unis dans un même combat contre le Maître du Chaos et le Sans Nom qui menacent la paix de Vaalbara.
La quiétude de ce monde est en sursis. Déjà, le Chaos gagne en puissance sur l’Equilibre devenu instable . . .

Flamme a perçu le changement qui se profile à l’horizon. A son échelle, elle ne peut pas grand-chose. D’autres destins sont tracés, ceux d’êtres dont la tâche est d’aider les gardiens de Vaalbara à rétablir l’équilibre des forces. Des zones de l’avenir restent dans l’ombre . . . car des chemins sont encore à définir. L’issue dépend des choix que feront les habitants de Vaalbara. Griffe d’Argent est appelée à agir, et avec elle sa sœur de lait, Eclat de Lune. Elles et leurs compagnons tiennent l’avenir entre leurs pattes . . .






Partie 1
Le départ de Flamme



Le Domaine de la Taïga était anormalement calme cet après-midi là. La vie s’épanouissait dans la douceur de cette fin d’été sur Vaalbara. Cinq mois auparavant, Flamme avait donné naissance à son premier petit. Flamme était une panthère, chef du clan de la Taïga. Elle avait choisit de passer ce jour-là seule avec sa fille, à la frontière entre le Domaine de la Taïga et celui des Montagnes. Flamme tenait son nom des motifs de son pelage. Elle n’était pas tachetée comme la plupart des autres panthères, mais marquée de larges motifs noirs évoquant des flammes. Griffe d’Argent ne ressemblait pas vraiment à sa mère. La petite panthère avait toutefois hérité du regard de Flamme, d’un or intense. Flamme n’avait pas de compagnon, et Griffe d’Argent pas de père. D’où venait la jeune féline ? C’était un des nombreux secrets de Flamme, de loin la plus puissante magicienne que le continent avait jamais connu jusqu’alors. Ce pouvoir lui valait d’avoir été choisie comme la Grande du Peuple Félin, gardienne de la statue d’or sacrée de la Sage et chef spirituel de son peuple, un des deux êtres les plus puissants de Vaalbara. Seul le Grand du Peuple Loup, gardien de la statue d’argent sacrée d’Akane, pouvait l’égaler. Aujourd’hui toutefois, Flamme n’est ni la Grande du Peuple Félin, ni le chef du clan de la Taïga. Elle est simplement Flamme, une panthère comme une autre, maman de la petite Griffe d’Argent.
Plongée dans ses pensées, Flamme n’a pas entendu sa fille s’approcher avec discrétion. Griffe d’Argent guette le bon moment pour bondir sur sa proie. C’est si tentant ! Elle n’a rien entendu ? Non . . . à l’attaque ! Flamme pousse un grognement étouffé, à la fois de surprise et de douleur. Griffe d’Argent, toute contente, vient de saisir la queue de sa mère et d’y enfoncer ses petits crocs pointus. Elle se fait rapidement réprimander par un feulement. Penaude, la petite prend son air le plus innocent. Incapable de lui en vouloir, une lueur amusée dans le regard, Flamme observe sa fille. Elle l’aime tant, son chaton miracle !
Mais soudain, Flamme perçoit un danger. Elle redresse la tête pour mieux écouter. Son expression alors est celle de l’effroi. Non, impossible ! Pas eux ! Elle attrape Griffe d’Argent, qui ne comprend pas, entre ses mâchoires et se lance dans une course effrénée. Une seule pensée occupe l’esprit de Flamme : mettre sa fille à l’abri ! Elle traverse la forêt à une vitesse folle, aussi rapidement que ses pattes peuvent la porter. Elle irait encore plus vite en utilisant sa forme magique, le phénix, mais sous cette apparence elle ne pourrait pas transporter Griffe d’Argent . . . alors Flamme court, éperdument. Elle doit affronter l’ennemi, elle le sent, mais une petite panthère de seulement quelques mois n’a pas sa place dans ce combat. Il faut la protéger. Flamme sait à qui la confier. D’un bond prodigieux elle franchit le ravin qui marque la frontière entre le Domaine de la Taïga et celui des Montagnes.

Neige Brillante perçoit dans l’air quelque chose d’inhabituel, mais ne parvient pas à déterminer quoi exactement. La panthère des neiges est mère elle aussi. Elle lèche affectueusement la petite boule de fourrure argent et noir blottie entre ses pattes. Elle a installé sa tanière à la limite de la frontière entre le Domaine des Montagnes et celui de la Taïga. Ici au Nord, le ciel est moins souvent chargé de nuages, et elle voit mieux la Lune. C’est de l’astre nocturne que Neige Brillante tire son pouvoir. Elle est une Féline des Lunes, comme le montrent les marques noires en forme de croissants de Lune qui contrastent avec ses yeux vert pâle. Sa petite les arbore elle aussi, mais sur les joues. Elle aussi sera plus tard une Féline des Lunes. Pour l’instant, elle marche à peine et ne se doute pas dans son esprit de bébé que Vaalbara est sur le point de connaître un tournant. Son nom est Eclat de Lune.

- Neige Brillante !
La panthère des neiges dresse les oreilles en entendant appeler son nom. Serait-ce . . .
- Flamme ! s’exclame-t-elle en apercevant son amie.
- Neige Brillante, tu es là !
Flamme récupère Griffe d’Argent qu’elle avait posée au sol, puis rejoint Neige Brillante. La panique déjà présente dans le regard d’or de la panthère ne parvient pas à masquer sa joie de retrouver sa vieille amie. La dernière fois qu’elles se sont vues, c’était à la fin de l’hiver, il y a des mois de cela. Aucune n’était encore mère. Flamme portait alors en elle Griffe d’Argent, nulle à part elle ne savait comment. Elle n’avait jamais fréquenté aucun mâle. Neige Brillante partageait quant à elle son existence avec un compagnon. Celui-ci était décédé au printemps, dans un accident de chasse, avant la naissance d’Eclat de Lune.
Avec surprise et inquiétude, Neige Brillante voit des larmes perler au coin des yeux de Flamme.
- Neige Brillante . . . prend soin d’elle, s’il te plaît . . .
- Mais, Flamme . . .
- Griffe d’Argent est ce que j’ai de plus précieux au monde. Je ne peux pas Les laisser la prendre ! Mais je dois Les affronter !
La panthère des neiges commence à comprendre. La terreur commence à se lire dans son regard.
- Prend soin de Griffe d’Argent ! Prend soin de ma fille !
- Je le ferais Flamme.
- Protège-là d’Eux si je ne reviens pas. Ils ne doivent pas . . . Tu sais quelle importance ont nos filles . . .
Elle ne le savait que trop bien . . .
- Griffe d’Argent sera pour Eclat de Lune comme une sœur. Je te promets de m’occuper d’elle comme de ma propre fille et de la protéger.
La gratitude de Flamme était telle qu’elle ne trouvait plus ses mots. Avec Neige Brillante, Griffe d’Argent serait en sécurité assez longtemps pour savoir se défendre par elle-même. Les paroles n’étaient pas nécessaires. Sans plus d’explications, Flamme s’enfonça de nouveau entre les arbres. Griffe d’Argent, sans comprendre, regarda sa mère s’en aller.

Neige Brillante tint promesse. Elle éleva Griffe d’Argent en compagnie d’Eclat de Lune. Elle finit par aimer les deux petites avec la même intensité. Elles étaient ses filles. Peut être n’étaient elles pas liées par le sang, mais, sœurs de lait et surtout de cœur, elles étaient peut être plus complices encore. Elles grandirent et apprirent ensemble. Leur affection l’une pour l’autre était particulièrement profonde. Elles partageaient leurs joies, leurs peines, quittèrent ensemble l’enfance pour pénétrer dans le monde des adultes. A la fin de leur troisième été, leurs pas les menèrent par hasard dans un lieu familier, proche de la frontière entre le Domaine des Montagnes et celui de la Taïga. Pour Eclat de Lune, cet endroit n’évoquait pas grand-chose, elle était à l’époque trop jeune pour se rappeler. Pour sa sœur de lait en revanche, le souvenir est encore vivace et douloureux. La jeune panthère s’assoit, se perd dans la contemplation de la forêt. Griffe d’Argent regarde, les larmes aux yeux, le sous-bois sombre. C’est parmi ces ombres que trois ans plus tôt sa mère a disparu. Elle ne l’a jamais revue.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feline-world.e-monsite.com
Lena_Panthera
Chat Marbré
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1572
Age : 24
Localisation : Châteaubriant ( 44 ) / Angers ( 49 )
Emploi/loisirs : Etudiante en lettres classiques / écrivain en devenir
Humeur : rêveuse . . .
Date d'inscription : 20/07/2010

MessageSujet: Re: Histoires de félins   Ven 9 Déc 2011 - 20:06

Tili, toi qui t'intéresse à ça, j'ai un nouveau personnage hybride à te présenter ^^ combiné à pelage atypique
Il s'appelle Winan. Sa mère est une guéparde noire ( mélanique ), et son père est Sirrah, déjà un hybride, de mère tigresse de toundra ( espèce que j'ai inventée, sorte de tigre géant à dents de sabre, doté d'une courte crinière ) et père tigre de Sibérie. Il est blanc ( couleur naturelle du tigre de toundra, donc pas de mutation ). Winan, qui est donc en gros hybride tigre/guépard, possède lui un pelage gris-bleu, et ses yeux ambres sont ceux d'un guépard.
Dessin :
Spoiler:
 

Sinon, la suite de " Vaalbara " Smile
Et je mets la partie 5 puisqu'elle est écrite, mais je ne la publierais sur le groupe Facebook " Un Monde de Félins " que dimanche

Partie 2

Griffes d’argent

Le compagnon de Neige Brillante est mort avant la naissance d’Eclat de Lune, leur fille. Il portait le nom peu élogieux de Museau Fouineur, référence à son insatiable curiosité. Son don consistait à deviner ceux des autres. Mis à part sa manie de toujours vouloir tout savoir, Museau Fouineur était un félin joyeux et cordial, apprécié de tous. Plusieurs jeunes et belles panthères des neiges firent la cour à ce mâle séduisant. C’est finalement Neige Brillante qu’il choisi. L’affection entre les deux compagnons était profonde. Apprendre qu’ils allaient être parents fut un des plus beaux moments de leur existence. Museau Fouineur ne connu pas sa fille, pourtant il avait déjà pu en apprendre beaucoup sur elle. Il savait qu’elle serait comme sa mère une Féline des Lunes. De la même manière, Museau Fouineur avait deviné les particularités de Griffe d’Argent avant qu’elle ne naisse, et avertit Flamme. Flamme avait quitté ses amis quelques semaines avant la naissance de sa fille, avant qu’eux n’ai même c**çu la leur. Elle faisait confiance à Museau Fouineur. Jamais il ne s’était trompé sur un don. C’est à des êtres doués du même pouvoir que lui qu’on avait l’habitude de mener les chatons à Vaalbara, afin de connaître leurs futurs pouvoirs. La magie est plus ou moins présente en chaque individu peuplant Vaalbara, mais les dons eux sont très divers. Les pouvoirs commencent à se manifester à l’adolescence. On peut mettre parfois longtemps à les contrôler. Flamme savait grâce à Museau Fouineur que Griffe d’Argent serait puissante et qu’elle posséderait non seulement un, mais deux dons, dont un totalement inédit qui lui vaudrait son nom.

Eclat de Lune et Griffe d’Argent atteindront bientôt l’âge adulte, mais pour le moment elles sont encore dans l’insouciance de la fin de l’enfance. Comme tout félin adolescent, leur principale tâche consistait en l’apprentissage de la chasse. Il était essentiel qu’elles apprennent, car bientôt Neige Brillante ne les nourrirait plus. Bientôt viendrait pour elles le temps de s’établir sur leur propre territoire et de devenir membres à part entière de leur clan. Neige Brillante occupait une bonne place dans la hiérarchie du Clan des Montagnes. Par droit de naissance, Eclat de Lune en héritait. Pour Griffe d’Argent, ce serait plus compliqué : elle n’était pas née dans le Clan des Montagnes. Flamme, sa mère, était chef du Clan de la Taïga. Griffe d’Argent revendiquerait-elle le titre pour elle ? Pour le moment il valait peut être mieux laisser Pelage Fauve diriger le Clan de la Taïga. La femelle puma s’acquittait bien de cette tâche depuis la disparition de Flamme.
Flamme . . . La panthère à l’étrange pelage, ancienne chef du Clan de la Taïga et Grande du Peuple Félin, avait disparu depuis maintenant trois ans. Pelage Fauve l’avait remplacée à la tête du Clan de la Taïga, mais le Peuple Félin n’avait plus de chef spirituel depuis trois ans. Personne ne pouvait à l’heure actuelle prendre la place de la mère de Griffe d’Argent . . . et la statue d’or sacrée de la Sage avait disparu elle aussi ! On racontait qu’elle se montrerait à la féline que les Trois Déesses choisiraient pour remplacer Flamme.
Mais pour l’instant, Griffe d’Argent et Eclat de Lune cherchent une proie à se mettre sous les crocs . . .

Griffe d’Argent pénètre sous le couvert des arbres. Elle a toujours préféré cet univers végétal aux rochers qu’Eclat de Lune affectionne tant. En plus, les proies sont plus nombreuses dans la forêt ! Mieux dissimulées toutefois . . . mais pas celle-ci ! La jeune panthère bondit sur l’animal gris-fauve. Quasiment adulte, elle possède déjà toutes ses armes de prédatrice et son instinct félin, combiné à l’apprentissage conféré par Neige Brillante, en ont fait une bonne chasseresse, bien qu’encore un peu maladroite. Griffe d’Argent va atterrir sur le dos de sa proie, elle imagine déjà ses griffes saisissant sa victime, ses crocs transperçant la gorge tendre, le bon goût du sang chaud coulant sur sa langue . . . quand la proie disparaît ! La panthère retombe dans un tas de feuilles, et nulle trace de l’animal convoité ! L’odeur persiste. L’odeur se fait plus forte. Sa proie est là ! Ni une ni deux, Griffe d’Argent repart à l’attaque. C’est que cet énergumène est coriace ! Il possède aussi des dents bien pointues, que la jeune féline sent très bien lorsque celles-ci lui enserrent la queue. Elle se retourne, patte en avant, et griffe ! Sous l’effet de la douleur, de la colère, et dans l’excitation de la traque, elle ne s’est pas rendue compte du changement. Un gémissement échappe à son adversaire. Sur le sol, Griffe d’Argent voit une dent brisée, un croc, celui de l’autre animal. Serait-ce elle qui aurait cassé la dent de son ennemi ? Impossible ! Ses griffes ne sont pas assez solides pour . . . quoique . . . En baissant la tête vers ses pattes, Griffe d’Argent comprend enfin pourquoi sa mère l’a nommée ainsi. A la place de ses griffes normales de féline se trouvent de véritables lames métalliques, pas encore rentrées dans leur gaine. Quelle formidable découverte ! Les griffes d’argent sont un don très rare. Puis la panthère relève la tête, alertée par un grondement sourd. Ce qu’elle a pris pour une proie n’en est pas une. Devant elle se tient une jeune femelle de lynx boréal au pelage gris-fauve, visiblement très en colère. L’un de ses crocs du haut est brisé, sa mâchoire et son museau saignent. Les traces laissées par la griffure sont impressionnantes. La jeune lynx s’en remettra, ses babines cicatriseront, mais la dent ne repoussera pas. Elle se souviendra longtemps de la panthère qui l’a attaquée !

C’est ainsi que Griffe d’Argent rencontra Nuage d’Orage.
Les deux félines se reverront bien des fois après ce jour. La femelle lynx est elle aussi appelée à jouer un rôle important dans l’avenir de Vaalbara.





Partie 3

Or et noir

Deux voyageurs longent la frontière entre le Domaine des Montagnes et le Domaine des Plaines. Ils ont déjà bien des semaines de marche derrière eux, en particulier le plus grand des deux mâles. Il est originaire des terres à l’Ouest du Domaine de la Jungle, tandis que son compagnon appartient lui au Clan des Montagnes où il est né. Le mâle noir a cinq ans, et a parcouru maintenant presque tous les domaines de Vaalbara, ne manque plus que celui de la Taïga et le Domaine du Nord. Son compagnon de route a quatre ans et revient quant à lui d’une visite au temple des Trois Déesses. Il tenait à ce qu’Elles bénissent sa future famille, car il sera père sous peu. Il est de tradition à Vaalbara que les mâles fassent ce pèlerinage lorsque leur compagne attend ses premiers petits, pour mieux d’attirer la chance sur leur famille. Il est si heureux ! Il a prié la Douce, celle qui offre aux femelles le pouvoir de donner la vie, afin que le ou les chatons naissent en bonne santé, la Puissante, qu’elle donne à la mère et aux petits la force d’avancer encore longtemps, et la Sage, de veiller sur eux tous. Il a trouvé le mâle noir sur le chemin du retour, et vu qu’ils allaient dans la même direction, les deux félins ont choisi de voyager de concert. Pour passer le temps, le mâle panthère des neiges raconte à la panthère noire ce qui l’a amené jusqu’ici.

Il s’appelle Flèche d’Or et est né au sein du Clan des Montagnes. Adolescent, il avait été testé par Museau Fouineur qui avait décelé en lui le don de guérison. C’est durant le propre pèlerinage de Museau Fouineur au Temple des Trois Déesses que cela s’était déroulé. Le mâle panthère des neiges avait apprécié la vivacité de son jeune congénère et l’avait invité, s’il partait un jour vers le Nord du Domaine des Montagnes, à leur visite. Puis Museau Fouineur avait terminé son pèlerinage avant de retourner près de sa compagne, Neige Brillante, qui allait bientôt mettre bas. Flèche d’Or arborait déjà jeune un pelage assez atypique pour une panthère des neiges. Sa fourrure épaisse n’était pas vraiment grise, tachetée de brun foncé au lieu de noir et brillait de reflets dorés. C’était un félin particulièrement énergique et curieux de tout. Cette curiosité insatiable, caractéristique qu’il partageait avec Museau Fouineur, était sans doute une des causes de son entente si cordiale avec son aîné. Flèche d’Or, une fois adulte et indépendant, avait décidé d’entreprendre l’excursion jusqu’au territoire de Museau Fouineur et de sa famille. Il avait trouvé Neige Brillante, sa compagne. Malheureusement, celle-ci lui avait apprit la mort de Museau Fouineur. Peu de temps après son retour de pèlerinage, il était mort durant une chasse. Un regrettable accident . . . La charge du mouflon avait été assez forte pour lui broyer plusieurs côtes et une patte. Museau Fouineur avait tenté coûte que coûte d’achever l’herbivore mais il était blessé et affaibli. Dans leur bataille, prédateur et proie ont chuté de la falaise qui surplombait la rivière. Museau Fouineur avait survécut à la chute, mais n’avait pas tardé à mourir de ses blessures, au plus grand désespoir de sa compagne. Neige Brillante avait mis bas seule et s’était occupé de sa fille ainsi que, par la suite, de celle de son amie disparue, Flamme. Griffe d’Argent, au moment de la vite de Flèche d’Or, était partie à un rassemblement du Clan de la Taïga, son clan de naissance. Toutefois, la fille de Museau Fouineur et Neige Brillante était présente. Elle avait trois ans, le même regard vif que son père, et quelque chose en plus que le jeune mâle ne parvenait pas trop à identifier. Flèche d’Or n’avait jamais rencontré de si belle femelle de son espèce. Succombant au charme d’Eclat de Lune, il avait commencé à faire la cour à la jeune féline. A sa grande joie, elle avait finit par répondre à ses avances. Eclat de Lune et Flèche d’Or formaient maintenant un couple uni, et le mâle au pelage doré nageait dans le bonheur. Il aimait Eclat de Lune, de tout son cœur. Elle partageait son affection, et rien ne pouvait le rendre plus heureux. Bientôt, Eclat de Lune lui apprit qu’ils allaient tous deux être parents. Afin d’attirer sur sa future famille la bénédiction des Trois Déesses, Flèche d’Or était parti en pèlerinage. Sur le chemin du retour, il avait rencontré son nouveau compagnon de route. Ils approchaient désormais de leur destination. L’excitation gagnait Flèche d’Or. Sa vivacité naturelle n’en était qu’accentuée. Sous peu il retrouverait sa compagne. Avait-elle déjà mis bas ? Selon les calculs du futur père, non, mais cela ne saurait tarder. Il était si heureux !

- Flèche d’Or, te voilà enfin !
Une panthère bondit depuis les rochers à la rencontre des deux mâles. Elle à l’air inquiète et heureuse tout à la fois.
- Eclat de Lune commençais à désespérer que tu arrives à temps. La mise-bas ne va plus tarder.
- Tu . . . tu dis vrai, Griffe d’Argent ?
- Ai-je l’habitude de mentir ?
- Conduis-moi à Eclat de Lune, vite !
- Eyh ! Minute ! Tu ne m’a pas présenté le voyageur qui t’accompagne.
- Arh ! ça peut bien attendre ! Il y a plus urgent ! Conduis-moi à Eclat de Lune !
- Bon, puisque tu insiste . . .
Le mâle noir aperçu l’éclat malicieux dans le regard de Griffe d’Argent. Il n’ose plus dire un mot depuis qu’elle leur est apparue. Flèche d’Or n’a plus d’yeux que pour sa compagne, qu’il a enfin rejointe. Il la réconforte en ce moment difficile. C’est son rôle de prendre soin de sa famille. Il aime Eclat de Lune, et ne l’abandonnera. Et puis, Flèche d’Or éprouve déjà tant d’affection pour cette nouvelle vie qui arrive.
Griffe d’Argent ressort de la tanière, laissant sa sœur de lait seule avec son compagnon. Le mâle noir la détaille discrètement. Il a rarement vu de femelle si gracieuse. Elle semble sûre d’elle, mais en même temps elle n’est pas invulnérable, il le voit dans son regard. Les récents évènements l’ont rendue mélancoliques. S’il connaissait les pensées de Griffe d’Argent, il saurait qu’elle envie sa sœur de lait. Griffe d’Argent n’a jamais connu son père, et a été privée très jeune de sa vraie mère. Son plus beau rêve, ce serait d’avoir enfin une vraie famille, à elle. Elle a beau aimer tendrement ceux qui l’ont adoptée . . . c’est différent. Griffe d’Argent pense aussi au fait qu’elle est plus âgée qu’Eclat de Lune de presque deux saisons. Elle a déjà quatre ans passés. Selon toute logique, elle aurait dû être mère la première, mais ce n’est pas le cas.
- Alors comme ça, tu voyageais avec Flèche d’Or ?
Le mâle noir sursaute. La femelle tachetée s’est assise à côté de lui, et continue de lancer des regards fréquents vers la tanière du couple de panthères des neiges.
- Tu ne réponds pas ?
- C’est que . . . j’ai peu l’habitude de parler . . .
- Commence déjà par ton nom. Je suis Griffe d’Argent du Clan de la Taïga.
- Je viens du Clan de la Jungle. On me nomme Pelage de Nuit.
- Pelage de Nuit . . . un nom bien choisi, ma foi, commente-t-elle en observant sa fourrure couleur d’ébène.
Le mâle noir éprouve une étrange satisfaction à l’entendre prononcer son prénom. Ses pensées sont bientôt interrompues par les cris de joie d’un certain mâle panthère des neiges. Flèche d’Or l’incorrigible, toujours incapable de tenir en place même lorsque la situation l’exige, déboule de la tanière.
- Je suis papa !
Il semble si heureux ! Griffe d’Argent le voit se diriger vers une des caches habituelles de sa compagne et lui, où il sait trouver de la nourriture. Eclat de Lune a besoin de reprendre des forces.
Dans la soirée, Griffe d’Argent ne résiste pas à la tentation et va rendre visite à sa sœur de lait. Blottie entre les pattes d’Eclat de Lune, elle aperçoit une minuscule boule de fourrure. La panthère des neiges nouvelle-née arbore un étrange pelage gris bleuté. C’est une femelle, lui apprend Eclat de Lune, et elle pense l’appeler Lune Bleue. Griffe d’Argent repart alors que Flèche d’Or est de retour. Elle laisse la petite famille et va chasser cette nuit là avec le mâle noir. Pelage de Nuit, il s’appelle Pelage de Nuit . . .
Griffe d’Argent repense au bonheur d’Eclat de Lune et Flèche d’Or, si heureux, et à leur fille Lune Bleue qui vient de naître, si petite et fragile, pourtant déjà si pleine de promesses. Elle songe qu’elle aussi, aimerait une famille . . .





Partie 4

Lune de Feu

- Griffe d’Argent ! J’ai le droit d’entrer !
- Sors !
Pelage de Nuit, le mâle panthère à la fourrure noire, dû esquiver le vif coup de griffes de sa compagne. Bon sang, mais qu’est ce qui lui prenait ?! Il était normal pour lui de désirer voir ses petits nouveau-nés . . .
Depuis leur propre tanière, une famille de panthères des neiges contemplait la scène. Pelage de Nuit paraissait vraiment pathétique.
- Il n’a aucune chance, fit remarquer Eclat de Lune, je connais Griffe d’Argent depuis des années, et plus entêté n’existe pas dans tout Vaalbara !
Elle soupira. Flèche d’Or, son compagnon, retint un rire. La petite Lune Bleue, maintenant âgée de presque un an, se tenait blottie contre la douce fourrure argent de sa mère et or de son père. Son propre pelage distillait un éclat bleuté. Lune Bleue attirait les regards de tous. Si jeune, elle irradiait déjà la grâce. Nul doute qu’elle deviendrait une femelle particulièrement séduisante. On avait rarement vu une panthère des neiges aussi belle, magnifiquement étrange avec sa fourrure d’un atypique gris-bleu et sa personnalité complexe qui la rendait totalement imprévisible.
- Vois-tu, Eclat de Lune, j’espère qu’elle finira quand même par le laisser entrer. Pelage de Nuit a raison, c’est son droit ! Griffe d’Argent ne les a pas eu seule ces petits . . .
Le regard bleu-vert de Flèche d’Or se tourna de nouveau vers la scène.
- Il est tout de même risible ! Arh ! C’est un mâle, qu’il le montre !
L’allusion lui déplaisant, Eclat de Lune frappa le flanc de son compagnon de sa queue. Le coup, amorti par la fourrure, ne ferait pas mal, mais suffirait à faire comprendre au mâle. Il sursauta et se tût.
- Si cela dure trop longtemps, j’irais voir Griffe d’Argent pour la raisonner, déclara la panthère des neiges.

Très loin au Sud, un combat se déroule, duel de volonté pure entre le prisonnier et son geôlier. Le gardien de cet être enfermé est sous l’emprise d’un sortilège qui lui a fait perdre la mémoire. Il se l’est jeté à lui-même il y a déjà presque dix années, si ce n’est plus. Dix cycles des saisons. Il ne le réalise pas vraiment, les saisons n’ont guère d’influence ici, au milieu des dunes de sables et des affleurements rocheux du Domaine du Désert. Il ne sait plus qui il fut, mais l’important est qu’il est maintenant le geôlier. Seule sa tâche compte. L’attaque mentale du prisonnier est particulièrement puissante aujourd’hui. Il sent sa sombre essence tenter de s’insinuer dans son esprit afin de le terrasser. Il doit résister. Il est si fort en cette nuit ! Il ne comprend d’abord pas puis lève les yeux vers le ciel : la Lune de Feu ! C’est un des éléments qui rend au prisonnier sa force. La Lune de Feu, Lune du Maître du Chaos, la Lune durant laquelle même les plus puissantes Félines des Lunes peuvent être battues par les serviteurs des Ténèbres. Même Lune d’Or, la plus forte d’entre elles depuis des générations, celle dont la forme d’âme était une si rare dragonne blanche, a succombé une nuit de la Lune de Feu, mais pas sans avoir emprisonné le Sans Nom auparavant. Il y a dix ans, il y avait Lune d’Or pour vaincre l’attaque du Chaos à la Lune de Feu. Il y avait Lune d’Or. Sa mère. Sa mère ? Sa mémoire ! Elle revient, et il perçoit dans l’être dans l’ombre qui cette nuit gagne. Le geôlier n’est plus. Le sortilège de protection est tombé. Le prisonnier sans nom a vaincu son adversaire et maintenant se libère. Sa captivité a débuté une Lune de Feu et s’achève enfin une Lune de Feu. Non . . . Eclair Brûlant, c’est son nom, il s’en rappelle maintenant. Au moment où cette pensée effleure son esprit, le guépard royal s’effondre au sol et sombre dans l’inconscience.

Griffe d’Argent, écoute et apprend. Refoule tes peurs, prend soin de ton sang. Bientôt arrivera le fils de la Lune et du Feu. Il t’enseignera ce que je n’ai pu.
Griffe d’Argent se fige. La voix . . . elle lui semble étrangement familière, associée à quelqu’un d’important. Elle ne parvient pas à se rappeler qui. C’est une voix féminine, indubitablement, une voix chaleureuse qui lui donne envie de ronronner malgré son ton d’inquiétude. Elle a comme résonné directement à l’intérieur de son esprit . . .
Griffe d’Argent se fige et cette fois montre les crocs. Un intrus entre sa tanière ! Elle se tient prête à défendre coûte que coûte ses deux bébés contre le danger potentiel. L’odeur ne lui est pas inconnue et n’est liée dans ses souvenirs à aucun danger, plutôt à la sécurité et à la joie. Dépité, le mâle noir recule une fois de plus. Dans sa tête, Griffe d’Argent se dit qu’elle a tout faux. Montrer les crocs à son propre compagnon ! Pelage de Nuit est pourtant tant à ses yeux. Elle l’aime, depuis le début. Il est avec elle doux et attentionné, et malgré son tempérament très timide, quelque peu opposé à sa propre fougue, s’est toujours montré à la hauteur de la tâche. Depuis le jour même où elle a pour la première fois ressenti cette étrange chaleur en elle, Griffe d’Argent sait que Pelage de Nuit est le mâle qu’il lui faut. Et lui a su qu’elle était la femelle qu’il cherchait depuis longtemps. La soirée où elle lui a apprit qu’elle portait leurs petits lui semble encore toute proche. Ils sont déjà là, blottis contre elle. Griffe d’Argent se sent un peu désemparée par le fait d’être mère, bien qu’elle s’y soit préparée. Une seule idée devance toute les autres dans son esprit : les protéger. Elle a osé repousser leur père . . . Pelage de Nuit sera vite furieux ! Non, il est incapable de se mettre en colère contre sa compagne.
Une autre odeur bientôt s’ajoute à celle de Pelage de Nuit. Griffe d’Argent se met à gronder de nouveau.
- Griffe d’Argent, cesse tes bêtises, la réprimande une panthère des neiges qu’elle connaît bien, Pelage de Nuit est le père de tes petits et t’aideras à les élever, il a le droit de les voir.
- Vous n’entrerez pas . . .
- Oh que si ! lance-t-elle sur un ton de défi.
Joignant le geste à la parole, Eclat de Lune pénètre dans la tanière . . . et doit faire preuve d’une belle vivacité pour esquiver un coup de griffes ! Grognant de colère et d’exaspération, d’un bond elle se rapproche de la panthère, dont elle bloque les deux pattes avant au sol avec les siennes. Eclat de Lune est un peu plus grande que Griffe d’Argent, et plus lourde. Rejointe par Pelage de Nuit, plus imposant que sa compagne lui aussi, qui lui apporte son aide, elle n’a guère de mal à immobiliser Griffe d’Argent, déclenchant chez celle-ci de féroces grognements.
- Écoute-moi maintenant !
Réveillés par l’agitation, les deux petits se mettent à pleurer. Ce sont encore deux boules de poil sans défenses, dont les yeux ne s’ouvriront quand dans un peu plus d’une semaine. Tout ce qu’ils savent faire à cet âge, c’est dormir et téter. L’un des petits est noir, comme son père, l’autre tacheté sur fond fauve, comme sa mère.
Ecoute. Griffe d’Argent cesse de lutter.
- Griffe d’Argent, fais-moi au moins confiance, commence Eclat de Lune, je suis ta sœur . . .
- Sœur de lait, grogne Griffe d’Argent
- Ta sœur malgré tout. Mon affection pour toi est celle d’une vraie sœur. Aussi, je souhaite t’aider. J’ai été mère avant toi, bien qu’étant ta cadette d’une saison. Ma fille Lune Bleue a déjà presque un an. Pour prendre soin d’elle, la présence de Flèche d’Or m’a été d’un grand secours. Nos compagnons sont là pour prendre soin de nous et de nos petits, qui sont aussi les leurs. Tu as deux petits et aura donc doublement besoin de l’aide que pourra t’apporter Pelage de Nuit. Il est ton mâle et leur père. Laisse le approcher . . .
- Lâche-moi !
- Promets d’abord que tu n’attaqueras pas Pelage de Nuit !
Au bout d’un moment, Griffe d’Argent capitule.

Un mois a passé et maintenant Griffe d’Argent comprends. Les paroles de la voix restent cependant pour elle encore un mystère. Griffe d’Argent, écoute et apprend. Refoule tes peurs, prend soin de ton sang. Petit à petit, elle apprend à être une bonne mère. Pelage de Nuit et elle ont mis quelques jours à s’accorder sur les prénoms de leurs petits. Le bébé noir est une petite femelle, vive et alerte, qu’ils ont nommé Nuit Sans Lune en raison de son pelage encore plus sombre que celui de son père. L’autre petit est un mâle tacheté. A peine ouverts, ses yeux ont commencé à perdre le gris-bleu habituel des bébés pour virer à l’ambre. Ses parents l’ont appelé Ambre Vif. Ils ont un mois maintenant, s’essayent à marcher mais son encore patauds. Les choses changeront bien assez vite. Lune Bleue les surveille et attend. La jeune panthère des neiges pourra bientôt profiter de nouveaux compagnons de jeu.
Les deux familles vivent dans la quiétude de leurs territoires contigus, entre toundra et montagnes, à la frontière entre les deux domaines.
Un jour, Nuit sans Lune et Ambre Vif n’avaient pas deux mois alors, un voyageur pénètre sur le territoire de Griffe d’Argent, celui qui fut autrefois celui de sa vraie mère dont elle ne se souvient plus, la grande Flamme. Il est exténué et a du mal à tenir sur ses pattes. Griffe d’Argent n’a encore jamais vu de félin lui ressemblant. D’une taille apparemment proche de celle de Pelage de Nuit, il est toutefois très différent. Ce félin est haut sur pattes, léger et bâti tout en finesse, sa tête est plutôt petite par rapport à son corps. Il est taillé pour la course et la vitesse. Son pelage fauve est orné de marbrures noires et son regard fatigué brille d’un éclat d’ambre. Soudain, il la voit qui le fixe.
- Flamme ? C’est toi, Flamme ?
Griffe d’Argent ne répond pas. Elle sort des buissons, et l’étrange félin peut maintenant apercevoir sa fourrure tachetée. Celle de Flamme ne l’était pas.
- Flamme ! Que . . . non, ce n’est pas Flamme. Ce pelage n’est pas le sien. Mais ces yeux . . . identiques ! Qui es-tu, panthère-qui-ressemble-à-Flamme ?
- Je suis sa fille, Griffe d’Argent
- Sa fille . . . Ainsi elle a réussi . . .
L’autre félin plonge dans ses pensées, mais trop de questions sont en suspend et Griffe d’Argent l’interrompt.
- Qui es-tu ? demande-t-elle, je n’ai jamais vu de félin comme toi, si . . .fin . . .
- Tu n’a jamais vu de guépards alors. On les rencontre surtout dans le Domaine des Plaines, là où les vastes étendues se prêtent à la course. Pour répondre à ta première question, je suis Eclair Brûlant du Clan des Plaines, fils de Lune d’Or, dernière guéparde à avoir été Féline des Lunes. Pour répondre à la question que tu me poseras d’ici un instant, je suis là car j’ai besoin de voir Flamme.
Griffe d’Argent le fixe intensément de ses yeux jaunes.
- Elle a disparu quand j’étais bébé, annonce-t-elle, je ne me rappelle même plus de ma mère.
- Oh . . . pardonne-moi . . . Je l’ignorais. Lorsque ta mère et la mienne ont enfermé le Sans Nom et que je suis devenu le geôlier, juste après la mort de Lune d’Or, Flamme semblait aller pour le mieux. Tu ne sais pas ce qui s’est passé ?
- On ne sait même pas si elle est encore en vie ou non.
Des bruits dans les buissons. Griffe d’Argent se retourne d’un geste. Une minuscule panthère noire émerge des fourrées, immédiatement suivie de son frère tacheté. Elle rattrape Ambre Vif avant qu’il n’ait le temps de partir plus loin. Nuit Sans Lune, plus rapide, avance jusqu’à Eclair Brûlant. Un frisson d’inquiétude parcourt Griffe d’Argent, mais s’éteint tout aussi vite qu’il est apparu. Le guépard se contente de repousser doucement du museau la petite panthère vers sa mère.

Bientôt arrivera le fils de la Lune et du Feu. Il t’enseignera ce que je n’ai pu.
Griffe d’Argent et Pelage de Nuit ont accueilli le voyageur fatigué dans leur tanière pour la nuit. Nuit sans Lune et Ambre Vif dorment entre leurs parents. Griffe d’Argent entend la respiration calme et régulière de son compagnon et de ses enfants. Ils dorment. Le guépard au pelage marbré de noir également. Griffe d’Argent l’observe et réfléchit. Il lui a dit être fils d’une Féline des Lune et son nom indique clairement une affiliation avec le feu, bien que la panthère ne sache pas encore laquelle. Elle a tout le temps de le découvrir.
Bientôt arrivera le fils de la Lune et du Feu.
Elle était convaincue qu’il s’agissait d’Eclair Brûlant . . .





Partie 5

Avis de tempête

Griffe d’Argent marchait dans la forêt en compagnie d’Eclair Brûlant. Il avait bien récupéré en quatre mois et ne paraissait plus si maigre, bien qu’il restât gracile comme tous ceux de son espèce.
- Griffe d’Argent ?
- Oui Eclair Brûlant ?
- Quel âge as-tu ? lui demande l’étrange guépard royal, tu semble si mature et pourtant tes petits, tes premiers, n’ont pas six mois, ce qui signifie que tu es encore très jeune . . .
- J’ai cinq ans.
Le regard ambre d’Eclair Brûlant, souligné par les lignes noires traçant des larmes jusqu’aux coins de sa gueule, la fixait intensément. Il réfléchissait.
- Tu as mûrit trop vite, Griffe d’Argent, conclut-il d’un ton triste, mais dans le même temps tu ignore encore tant de choses ! Par exemple, connais-tu seulement ton deuxième don ?
La panthère le dévisagea avec stupeur de ses yeux jaune d’or.
- Je n’ai qu’un seul don ! Ce sont mes griffes d’argent ! Je leur doit d’ailleurs mon nom . . .
- Je perçois aussi en toi l’héritage de Flamme. Je te vois me questionner des yeux, alors saches que ta mère possédait le don de transformation. Il est aussi en toi, c’est indéniable. Griffes d’argent et transformation. Les félins possédant deux dons sont rares. Tu es puissante, Griffe d’Argent, mais tu ignores encore à quel point, alors . . . écoute et apprend !

Griffe d’Argent, écoute et apprend. Refoule tes peurs, prend soin de ton sang. Bientôt arrivera le fils de la Lune et du Feu. Il t’enseignera ce que je n’ai pu.
Griffe d’Argent écoutait et apprenait. Sa sœur de lait Eclat de Lune l’avait aidée à vaincre les craintes du début de sa maternité et désormais le rôle de mère lui était tout naturel. Presque chaque jour toutefois, la panthère partait marcher dans la forêt en compagnie d’Eclair Brûlant, autoproclamé son nouveau professeur. Elle laissait alors ses deux petits sous la garde de son compagnon, le calme Pelage de Nuit. Quelquefois aussi elle les laissait sous la surveillance d’Eclat de Lune et Flèche d’Or. Le couple de panthères des neiges appréciait ces moments, car leur fille Lune Bleue, qui avait récemment fêté son premier anniversaire, n’avait jusqu’alors personne avec qui jouer. Ces instants étaient bénéfiques pour les trois jeunes félins, qui travaillaient ainsi leur agilité et leur vitesse tout en s’amusant. Nuit Sans Lune était la moins joueuse de la petite bande. La petite panthère noire semblait aussi tranquille que son père. Son frère tacheté lui ne se lassait pas de ces journées. Il faut dire aussi qu’Ambre Vif vouaient une véritable admiration à Lune Bleue.
Le temps passait, insouciant ou presque. Griffe d’Argent était aujourd’hui certaine que le fils de la Lune et du Feu qui devait devenir son mentor était Eclair Brûlant. Sa mère, la guéparde Lune d’Or, était la plus puissante Féline des Lunes connue depuis des générations. Elle avait péri dix ans plus tôt en enfermant avec l’aide de Flamme, la mère de Griffe d’Argent, le Sans Nom dans une prison ensorcelée du Domaine du Désert. L’être maléfique ne devait plus revenir répandre la mort et le chaos, aussi pour s’assurer qu’il ne fuirait pas Eclair Brûlant avait décidé de devenir le geôlier. Lune d’Or morte, il restait le seul félin assez puissant en Vaalbara pour assumer cette tâche. Ses grandes capacités avaient un rapport avec le feu, mais en quoi elle ne comprenait pas. Elle allait apprendre ce pourquoi d’Eclair Brûlant lui-même, le jour où elle osa enfin demander, au bout de quatre mois.

- Pourquoi fais-tu tout cela, Eclair Brûlant ? Que . . . qu’es-tu réellement ?
- Tu as deviné que j’avais quelque chose d’anormal, je le lis dans ton regard.
- J’ai parfois l’impression que tu n’es pas vraiment félin, c’est étrange.
- Et tu as raison. Il est normal que je t’explique, je pense, maintenant. Non, je ne suis pas vraiment félin. Je ne suis qu’à moitié guépard, un hybride. Mon apparence ordinaire est autre, le guépard n’est qu’un masque, je me sens presque . . . confiné, dans ce corps, bien qu’il soit mien tout autant que l’autre. Tu sais que les félins du continent vivent généralement vingt-cinq à trente ans. J’en parais à peine sept ou huit, et pourtant j’ai déjà plus de cinquante ans. Ma longévité et mon affinité avec le feu, je les tiens de mon père. Je suis le fils de la Lune et du Feu.

Tout a commencé un peu plus de cinquante ans auparavant. Vaalbara vivait dans la paix depuis longtemps, des siècles à vrai dire. Les Félines des Lunes chez le Peuple Félin, les Louves des Soleils parmi le Peuple Loup, étaient les gardiennes de l’ordre. Elles combattaient le Maître du Chaos et le Sans Nom ainsi que leurs sbires afin de les empêcher de régner sur le continent qui ne serait plus que sang et ténèbres sous leur contrôle. C’était à une période où survivaient encore en Vaalbara quelques rares créatures magiques, celles dont les félins et loups du continent peuvent revêtir parfois l’apparence lorsqu’elles sont leur forme d’âme. Dragons, licornes, griffons, chimères, phénix . . . on n’en voyait presque plus, mais ils existaient, et on pouvait les voir quelquefois. Leur rareté était due à la raréfaction de la magie dans tout Vaalbara. Ils ne pouvaient vivre sans, y puisaient leur force, et sans elle ils dépérissaient. La plupart afin de ne pas mourir s’étaient déjà réfugiés dans l’Ailleurs, les autres restaient à proximité des lieux sacrés où la magie continuait d’émaner de l’Ailleurs. Seuls les plus puissants dragons pouvaient encore se permettre de s’éloigner de ces oasis pour créatures magiques. Il va sans dire qu’ils étaient très peu nombreux. L’un était un très grand dragon aux écailles couleur d’émeraude, dont le nom est aujourd’hui tombé dans l’oubli. A sa grande surprise il rencontra un jour en survolant le Domaine des Plaines l’être qu’il cherchait depuis des siècles sans le savoir. La dragonne entièrement blanche chevauchait le vent avec grâce. Le dragon émeraude était puissamment bâti, fait pour les épreuves de force. Elle n’était qu’élégance et finesse. Il revint à plusieurs reprises par la suite. Tous deux finirent par devenir compagnons. Le mâle connaissait la vérité mais elle lui importait peu, car la dragonne blanche en ces temps de paix pouvait se permettre de rester sous cette forme. Ainsi elle ne vieillirait plus aussi vite et pourrait rester avec l’élu de son cœur. Leur fils naquit bientôt, hybride inattendu mais tant aimé de ses parents. C’était un jeune dragon de couleur émeraude clair, aux yeux d’ambre, et grâce son héritage maternel il pouvait aussi prendre l’apparence d’un guépard au pelage marbré de noir. Sa mère resta cinquante ans sous son apparence de dragonne blanche, en réalité sa forme d’âme. Mais bientôt son compagnon disparu. Elle comprit vite qu’il s’agissait là d’une action du Sans Nom. Aidée d’une panthère du nom de Flamme, elle parvint à l’emprisonner avant que lui et le Maître du Chaos ne mettent Vaalbara à feu et à sang. Malheureusement, elle fut tuée. Son fils, sous son apparence féline qu’il ne quitterait plus avant des années, resta longtemps à verser toutes les larmes de son chagrin sur le frêle corps étendu sur le sol. Le frêle corps de sa mère. Son frêle corps de guéparde. Elle avait beau être la plus puissante Féline des Lunes depuis des générations, avoir aimé un dragon, cette fois elle avait perdu la partie. Flamme fit de son mieux pour réconforter l’hybride mi-guépard mi-dragon désormais orphelin. Il prit la décision de devenir le geôlier du Sans Nom et annonça à Flamme que si jamais les choses se passaient mal, il la retrouverait. Dix ans avaient passés et les souvenirs du geôlier étaient revenus à l’évasion du Sans Nom. Il se rappela avec souffrance ce corps gracile étendu à terre, sans vie. Le corps de sa mère, la guéparde Lune d’Or. Puis son propre nom lui revint avant de sombrer dans l’inconscience : Eclair Brûlant.

Alors qu’Eclair Brûlant racontait son histoire à Griffe d’Argent, un événement qui allait avoir de lourdes conséquences se déroulait dans le Domaine des Montagnes.
Ce territoire appartenait à un jeune couple de lynx boréaux. Le mâle possédait une fourrure argent, à peine nuancée de brun, marqué de taches noires. Son regard or se posa affectueusement sur sa compagne. Son abdomen légèrement gonflé ne laissait plus aucun doute. Il était heureux. Il lécha affectueusement le museau de la femelle gris-fauve au pelage presque uni. Les yeux verts de la jeune lynx se fermèrent et elle commença à ronronner. Il effleura de nouveau le museau meurtri de sa compagne. Deux ans plus tôt, alors qu’elle parcourait pour une des premières fois la forêt seule, elle avait été attaquée par une panthère qui l’avait prise pour une proie. La féline plus grande s’était rendue compte de son erreur mais trop tard. Nuage d’Orage conservait de cette mésaventure un croc brisé et ces cicatrices sur le museau. Elle ne supportait pas d’être si jeune, à peine plus de trois ans, et déjà abîmée par les aléas de la vie, mais son compagnon ne s’en souciait guère. Il la rassurait, lui murmurant sans cesse qu’un croc en moins ne l’empêchait pas d’être une excellente chasseresse, et que ces cicatrices ne la rendaient pas moins belle. Elle était sa magnifique Nuage d’Orage, quoiqu’elle en pense ! Griffe Noire était le plus aimant des lynx, le compagnon de sa vie. Ils s’étaient établis sur ce territoire depuis quelques mois et maintenant Nuage d’Orage portait leurs petits. Les siens et ceux de Griffe Noire : de jeunes lynx qui ne pourraient être à ses yeux que les plus beaux du monde.
Soudain une ombre jaillit des fourrées. Nuage d’Orage se sentie projetée contre un amas de rochers. Assommée par le choc, elle n’était qu’à moitié consciente de ce qui se passait autour d’elle. Elle entendit Griffe Noire feuler avec colère, puis les échos d’un bref combat. La douleur de nouveau, puis elle ne perçut plus rien. Elle aperçut juste avant de sombrer la forme d’un animal étrange dont émanait une aura de ténèbres.
Son moment d’absence ne dura guère, le Soleil effleurait à peine à l’horizon. Pourtant déjà le noir se faisait. Nuage d’Orage se mit immédiatement en quête de son compagnon. Le lynx avait affronté l’être étrange et effrayant, elle l’avait bien comprit. Déesses, faites qu’il s’en soit sorti ! Malheureusement sa prière ne fut pas entendue.
Griffe Noire gisait sur le sol, inerte, baignant dans son propre sang.
Nuage d’Orage poussa un gémissement de douleur. Non ! Pas lui ! Cruel destin qui s’acharne toujours sur les mêmes êtres. Puis elle songea à ses futurs petits. Ils avaient perdu leur père avant même de naître, ne le connaîtraient jamais qu’à travers ce que leur en raconterait leur mère de lui. Griffe Noire . . . Il voulait avant tout que sa famille soit heureuse. Nuage d’Orage le savait. Pourtant, quelque chose la poussait à tenter de retrouver celui qui avait tué Griffe Noire et venger son compagnon, du moins essayer, quitte à tout perdre. Alors elle partit.
Son chemin allait la mener sur le territoire de la panthère qui un jour lui avait par erreur infligé ses cicatrices et brisé un de ses crocs : Griffe d’Argent.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feline-world.e-monsite.com
Lena_Panthera
Chat Marbré
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1572
Age : 24
Localisation : Châteaubriant ( 44 ) / Angers ( 49 )
Emploi/loisirs : Etudiante en lettres classiques / écrivain en devenir
Humeur : rêveuse . . .
Date d'inscription : 20/07/2010

MessageSujet: Re: Histoires de félins   Mer 28 Mar 2012 - 16:50

L'histoire a bien avancé ma foi . . . Vaalbara devient un feuilleton conséquent !

Si vous avez envie de le suivre : http://feline-world.e-monsite.com/pages/vaalbara-une-fiction-a-suivre-chaque-semaine/presentation.html

Plus pratique que de mettre ici et plus agréable à lire Smile

Le texte est déjà publié sur mon site jusqu'à la partie 18. Une nouvelle chaque semaine.
J'ai actuellement déjà rédigé les 2 parties suivantes ( 19 et 20 : conclusion de l'arc 1 ), la transition entre les arc 1 et 2 et commencé la partie 21, qui débute l'arc 2.
Une fois imprimé tout ce que j'ai terminé, j'en suis à déjà 56 pages dans mon classeur . . . Oo


Et je vous remets ici Voyage Smile
Bon, je l'ai peut être déjà assez dit mais j'en suis plutôt fière, même si au départ un peu frustrée à l'annonce des résultats.
Le thème du concours était " Portrait ", nouvelle d'environ une page. Organisé par la fac.
Je suis arrivée 4ème.

Voyage ( janvier 2012 )

Le jour où je le vis, je venais d’arriver à Paris. J’errais dans les couloirs du Louvre, âme solitaire comme tant d’autre, sans but précis dans cette vie. Elle m’échappait encore, cette étincelle qui me donnerait envie d’avancer. Je l’avais, autrefois. Cette époque était révolue, et mes livres ne se vendaient plus. Je parcourais seul les allées de l’immense musée. C’était la première fois que j’y pénétrais. Puis au détour d’un des innombrables couloirs du célèbre Louvre, je l’aperçus. Il n’était pas très grand, je dirais même presque insignifiant au premier regard, ou alors juste discret. Je m’avançai dans sa direction, simplement fasciné. Pourtant, je n’osais approcher trop près, de crainte de rompre le charme.

Il jaillissait de l’ombre, irradiant la grâce, la beauté à l’état pur. Ses paupières closes dissimulaient fort probablement des yeux à l’éclat sauvage, capables de vous hypnotiser d’un seul regard. Il levait la tête. Ses mâchoires entrouvertes dévoilaient des dents bien blanches. Nul doute que si les crocs de ce fauve pouvaient mordre, ils laisseraient d’indélébiles blessures dans ma chair. Ils n’avaient pas transpercé ma peau, pourtant c’est comme s’ils l’avaient fait. J’étais marqué pour longtemps de l’empreinte de cette vision venue d’ailleurs.
L’apparition se déployait dans des tons d’ocre et de noir, agrémentés d’une légère touche de blanc. Dans le même temps, ces flammes fauves attaquaient mon âme et la brûlaient. Elles dévoraient mon esprit, tandis que des images jaillissaient du brasier. Elles décrivaient un monde sauvage et impitoyable, où seule la force prime, un univers de prédateurs et de proies, engagés depuis le début des temps dans une lutte sans fin et sans merci. Ce monde était si cruel et si magnifique à la fois ! Les flammes ravageaient tout sur leur passage, laissant tel un âcre goût de cendres sur la langue d’un autre moi.
Le fauve parcourait ce paysage désolé et je l’observais, fasciné. Où m’avait-il emmené ? C’était comme si je me retrouvais totalement immergé dans ma contemplation. L’image m’avait captivé à un point tel que j’en restai totalement prisonnier.
La seule étincelle de vie en ces ternes territoires continuait d’avancer de son pas calme et assuré. A sa façon particulière de relever sa tête massive, je devinai qu’il ne se plaisait guère en ces lieux. Les yeux clos, les babines légèrement relevées dévoilant ses crocs blancs et pointus, il affichait un air de total dédain. Cet univers qui n’était pas vraiment le sien, il ne faisait que le mépriser. Ces terres ne rayonnaient pas, voilà pourquoi il ne s’y sentait pas à son aise. Leur éclat était si pâle en comparaison de son propre royaume ! Nul ne le ferait apprécier un paysage aussi terne. Lui, le seigneur des grands espaces, ne s’abaisserait jamais à accomplir un tel acte. Même si en apparence il subissait la volonté du maître des lieux gris, dans son cœur jamais il ne se soumettrait à lui. Dans son regard couleur d’ambre brillait cette évidence.
Il fit entendre sa voix grave et profonde et se retourna vers moi. Il avançait toujours, cette fois d’un trot lent. Je voyais sous sa peau ses puissants muscles qui se mouvaient. Le moindre de ses gestes était grâce et force à la fois. En comparaison, je paraissais si maladroit !
Ensemble nous traversâmes le domaine grisâtre et mort. Enfin le brasier avait cessé de tout y consumer. Il ne restait là qu’une étendue morne, morte. Le sol devint dur sous ses pattes, sous mes pieds. Il était toujours gris, mais plus de cendres cette fois-ci, car derrière nous ne s’élevait plus aucun nuage de poussière. Nous marchions sur un chemin plat, encadré de hauts blocs d’un gris sombre à la forme vaguement rectangulaire.
De nouveau la voix de mon guide retentit dans ce silence macabre. Puis il se mit à courir, m’entraînant dans son sillage. J’avais beau me concentrer, la vitesse grandissante rendait ma vision floue. J’avais de plus en plus de mal à distinguer quoi que ce soit.
Enfin il stoppa sa course. Il s’éloigna de moi de son pas majestueux. Je le vis grimper sur une colline proche et s’asseoir à son sommet. Je m’installai à son côté tandis qu’il faisait entendre un soupir. Il fixait l’horizon d’un air étrange. Au loin j’aperçus le paysage gris de tout à l’heure, alors qu’à nos pieds s’étendait une plaine verdoyante. J’y reconnus le monde sauvage qui m’était apparu en premier. Sous mes yeux se jouait le drame permanent de la vie. L’ensemble de ces êtres formait un tout, une formidable machine du vivant qui tournait depuis des milliers d’années. Mais l’horizon gris troublait cette harmonie.
A côté de moi le lion s’était effondré. Les paupières closes, les crocs découverts, le rictus qu’il affichait désormais était celui de la mort.

Quelques pas en arrière, puis la vision du cadre me tira de ma rêverie. Je restai à regarder l’image du félin. L’artiste avait su évoquer tout cela grâce à quelques habiles coups de pinceaux. Je tenterais de faire de même avec les mots.


Le tableau qui m'a inspirée :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feline-world.e-monsite.com
Lena_Panthera
Chat Marbré
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1572
Age : 24
Localisation : Châteaubriant ( 44 ) / Angers ( 49 )
Emploi/loisirs : Etudiante en lettres classiques / écrivain en devenir
Humeur : rêveuse . . .
Date d'inscription : 20/07/2010

MessageSujet: Re: Histoires de félins   Mar 12 Mar 2013 - 22:08

Vous rappelez-vous de " Vaalbara " ?
http://mondes-sauvages.e-monsite.com/pages/vaalbara/presentation.html

J'ai tout corrigé, réécris les passages pour lesquels j'estimais ça nécessaire.
Et je commence à envoyer mon manuscrit à des maisons d'édition.
On verra ce que ça donne ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feline-world.e-monsite.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Histoires de félins   

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoires de félins
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Félins
» Histoires de fées
» Histoires rocambolesques du chevalier errant
» Le Parc des Félins en Seine et Marne
» Histoires d'océans sur la chaîne Voyage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aux Félins ::                                         Divers :: Un peu de détente...-
Sauter vers: